LES RANDONNEURS du CHAMPSAURVALGAUDEMAR
                                                                                                      
         Voir notre page Facebook                                                          Météo Saint-Bonnet
Séjour dans les Vosges du 12 au 17 septembre 2022
J1 – Trajet de Saint-Bonnet à Xonrupt
Le départ est donné à 7h45 pour une distance de 560 km. Chaque voiture évoluera à son rythme tout au long du trajet où les autoroutes s’enchainent. Nous nous retrouvons à midi sur l’aire du « Poulet de Bresse » pour le pique-nique. Nous arrivons à 16h au Centre les Jonquilles à Xonrupt. Les marseillais sont déjà là. Les chambres, situées dans un bâtiment tout neuf légèrement à part du centre, sont distribuées et nous déposons nos bagages. Rapidement nous reprenons nos véhicules pour aller visiter le lac de Longemer et nous dégourdir les jambes autour de ce joli plan d’eau. Un apéro est servi à 18h30 où nous découvrons le « kir mirabelle ». Puis le repas à 19h : céleri rémoulade, spaetzle, ratatouille, rôti, fromage, salade de fruits.
J2 – Col de la Schlucht – Le Hohneck
Après un bon petit déjeuner nous partons pour le col de la Schlucht. Le départ de la randonnée du sentier des Roches est situé sur la gauche de la station de ski. Nous nous engageons dans ce sentier assez vertigineux par endroit, taillé dans la roche comme son nom l’indique. La sécurité est assurée par de très nombreuses mains courantes issues de tuyaux de chauffage récupérés et de passages planchéiés ou métalliques pour franchir les obstacles naturels. Ça monte et ça descend, le parcours est assez technique et glissant. Heureusement aujourd’hui le temps est sec et nous progressons très concentrés, entourés d’une forêt de pins constituée d’arbres immenses. Nous profitons des points de vue sur la plaine d’Alsace. Il fait beau, juste un peu brumeux au loin. Nous déjeunons dans une clairière avant la station de Gaschney. Puis nous descendons par une belle piste vers le lac de Schiessrothried. Alain L a très mal au dos et doit prendre un cachet pour lui permettre de terminer la randonnée. Nous traversons les pistes de ski et remontons en direction du Hohneck. Un peu plus à droite du chemin deux chamois de prélassent, un fauve avec une bande plus sombre sur toute l’échine et un plus noir sous un rocher. Nous débouchons sur la crête où il y a beaucoup de monde. Les visiteurs sont nombreux car le parking est proche. Une table d’orientation nous renseigne car nous sommes un peu perdus. Les explications de Françis sont appréciées : ballon de Guebwiller, d’Alsace, Vosges, Alsace, Gérardmer… et nous repartons en traversant les Chaumes, les trois fours et rejoignons le col de la Schlucht. Une pause boisson pour apprécier ce col tant cité dans notre scolarité, mais que bien peu d’entre nous avait passé. Retour aux Jonquilles. Patrice et Marie ont cuisiné les cèpes ramassés au cours de la journée : un délice ! Repas : tomates mozzarella, pommes de terre sautées, haricots vert, paupiettes, fromage, tartelettes flanc.
J3 – Les trois lacs
Le ciel est sombre et la pluie est annoncée pour 13h. Nous partons pour la route des crêtes. Dès le début de la randonnée Françis nous explique la présence de bornes, situées tous les soixante mètres et taillées d’inscription : d’un côté F et de l’autre D. Il s’agit de l’ancienne frontière entre l’Allemagne et la France. Nous traversons les pistes de ski du Tanet où paissent de belles vaches « vosgiennes » avec leur pelage noir et blanc. Nous reprenons le sentier au milieu de la forêt des grands pins où le sol est jonché de mousses épaisses et très vertes, de fougères  et de restes d’arbres coupés qui se délitent progressivement. La nature reprend ses droits. Nous arrivons au lac Vert entouré par la forêt. Il porte bien son nom. Nous repartons en passant par le chalet Erichson en direction du lac Forlet (ou lac des truites). Quelques pêcheurs essaient d’en attraper. Au vu des prévisions météo nous déjeunons rapidement au bord du lac. Quelques gouttes tombent et nous nous replions sous les grands pins. Françis décide d’écourter le trajet et de remonter directement sur les crêtes des Chaumes. Nous enfilons nos tenues de pluie et baissons la tête sous les violentes rafales de vent. Enormément de monde circule malgré les intempéries. Nous ne sommes pas seuls dans ce déluge ! Après nous être séchés, nous descendons à Gérardmer pour visiter les magasins d’usine de textile. Le linge de maison est apprécié et les ménagères feront des achats. Les hommes attendront sur des fauteuils ou des bancs… Puis nous irons à La Bresse visiter une usine de fabrication de bonbons. Là aussi quelques achats et ces messieurs ne seront pas les derniers à en profiter. Repas du soir : salade vosgienne, galettes de pommes de terre, travers de porcs caramélisés, glace.
J4 – TELLURE – mine d’argent
Nous partons en direction de Sainte Marie aux Mines en passant, bien sûr, par le col de la Schlucht. Un panneau notant « vue panoramique » nous interpelle car le brouillard épais ramène la vue à moins de 10 mètres. Le groupe est attendu et nous enfilons nos charlottes et casques avec lampe frontale. Notre guide, très investi, nous fournit de nombreuses explications et répond à toutes les questions. La particularité de la mine d’argent est qu’elle se travaille à flanc de coteau et qu’elle est propre, juste un peu humide en raison des infiltrations d’eau et à température de 10°. Nous enchaînons les galeries, au départ assez larges car recreusées plus récemment. Puis nous passons dans des fentes plus étroites datant du 16ème siècle. Comment pouvez-t-on travailler dans ces conditions ? A la sortie un musée nous détaille avec une belle mise en scène la vie et l’exploitation de ce site à cette époque. Une boutique présentant un large éventail de pierres termine la visite. Les responsables de la mine nous autorisent à déjeuner dans l’espace « buffet » en prenant des consommations et nous les remercions car dehors il pleut des cordes. L’après-midi nous continuons le tourisme en visitant un musée des eaux de vie et une fabrique de Munster. Là aussi des boutiques sont ouvertes et les achats nombreux. Heureusement pour l’odeur  le Munster est vendu sous cellophane. En rentrant nous passons par le lac Blanc où nous aurions dû randonner cet après-midi, mais la météo ne le permettait pas. Ce lac est relié au lac Noir et bénéficiait d’un pompage afin de maintenir la production hydroélectrique. Repas du soir : salade de choux blanc, saumon, petits pois, fromage, coupe de fruits rouges.
J5 – Le lac du Lispach – le Grouvelin
Nous prenons la direction du lac de Longemer et nous nous garons à la tourbière du lac du Lispach. Le ciel est couvert et il bruine un peu. Un magnifique tremplin trône sur le côté des pistes de ski. Nous grimpons au pied de cette installation et Josette nous donne toutes les explications concernant ce sport, inexistant chez nous. C’est très impressionnant. Nous repartons en direction de la tête du Grouvelin en traversant toujours de splendides forêts. Ca grimpe et nous regardons autour de nous s’il n’y a pas encore quelques champignons comestibles. Les amanites sont légion. Notre guide a omis de nous signaler qu’il avait des endroits à son nom : le chaume Françis et le Poli !  Le sommet est atteint mais la visibilité n’est pas au rendez-vous. Les pistes de ski très bien aménagées partent dans toutes les directions. Nous apercevons, un instant, Gérardmer sous un rayon de soleil, en dessous dans la vallée. Nous descendons vers La Rayée, établissement où nos organisateurs avaient l’habitude de venir passer de bons séjours en ski. Nous déjeunons à la cabane rénovée de la Croix Claudé où nous sommes à l’abri. Nous avons le choix avec deux belles tables, une en extérieur et l’autre à l’intérieur. Nous revenons par les crêtes et apercevons le Hohneck au loin, entre deux nuées. Les vallons des Vosges recouverts de forêt se dévoilent. La vallée de La Bresse est juste en dessous. Enfin une vue panoramique !! Nous croisons quelques VTTistes. Retour vers le lac Lispach et ses ilôts où poussent des plantes carnivores… on a eu chaud ! Nous descendons vers La Bresse où tous les bars sont fermés : pas de pause désaltérante. Un arrêt au bord du grand lac de Gérardmer nous fait comprendre sa popularité. Bateaux « solaires », pédalos, ... tout est prêt pour visiter ce bel espace. Des corbeaux labourent minutieusement la pelouse pour trouver leur pitance. Nous nous préparons pour aller à la ferme-auberge « les Jonquilles » où nous dégusterons un vrai repas Vosgien : tourte à la viande, rôti de porc sur lit de pommes de terre cuites pendant trois heures au four, salade, dessert au choix : tiramisu, tarte à la myrtille avec chantilly, glaces  Un repas délicieux !
J6 – Retour
Le ciel est très gris en quittant Xonrupt. Un passage au marché des fumés pour compléter la panoplie des spécialités vosgiennes. Les routes et autoroutes défilent et nous apercevons un peu de bleu au loin. L’arrêt déjeuner au Poulet de Bresse nous permet de nous retrouver. Puis tout le monde rentre dans le Champsaur sous le soleil à quelques minutes d’écart.
Un très beau séjour dans un territoire inconnu pour la plupart d’entre nous. Nous avons fait le plein de verdure. Les nombreux lacs confirment que l’eau est un composant majeur dans les Vosges.
 
Merci à :
- Françis et Fabienne pour leur organisation parfaite de ce séjour.
- Philippe pour son diaporama pris sur vif.
- tous les participants pour leur sourire sous la pluie.